Léa Habourdin, série Ce que le vent nous fait, 2023 héliogravure sur cuivre, pigment d’éternelles 22 x 32 cm(1)
Léa Habourdin, série Ce que le vent nous fait , 2023.

Monuments et Immortelles

Andrej Polukord, Léa Habourdin

Chapelle Saint-Jean, Mulhouse

14 septembre - 13 octobre 2024

samedi et dimanche : 14h-18h, les autres jours sur rendez-vous

Commissaire/curator : Sonia Voss

Dans notre époque marquée par de sombres perspectives écologiques, les stratégies artistiques développées par Andrej Polukord et Léa Habourdin provoquent nos imaginaires et nous incitent à inventer de nouveaux rapports avec la nature. Polukord passe par la performance et la photographie pour dénoncer les phénomènes de déforestation massive et se moque de l'humain qui détruit les arbres en les transformant en piédestaux de monuments érigés à sa gloire. Habourdin revient sur les découvertes d'un chanoine-botaniste du XVIIIe siècle pour réfléchir au devenir des dunes et des forêts de Nida en Lituanie.

Manifestation organisée dans le cadre de la Saison de la Lituanie en France 2024 et en co-production avec MAC- Mulhouse Art Contemporain.

In an age marked by the bleakest ecological prospects, the artistic strategies developed by Andrej Polukord and Léa Habourdin activate our imagination and encourage us to reinvent our relationship with nature. Polukord uses performance and photography to denounce the phenomena of massive deforestation and ironizes human destruction of trees by turning them into pedestals for monuments to its own glory. Habourdin draws inspiration from the discoveries of an 18th-century French ecclesiastical botanist, Desbiey, to reflect on the future of Nida's dunes and forests.

Event organised as part of the Lithuanian Season in France 2024 and in co-production with MAC- Mulhouse Art Contemporain.

Andrej Polukord

Andrej Polukord se met périlleusement en scène au sommet de troncs d'arbres abandonnés par les exploitants et les braconniers responsables des déforestations massives en cours dans son pays. Pris au moyen format, ses portraits le montrent perché tel une statue à la fois héroïque et ridicule, dénonçant dans un geste humoristique et mordant l'humain sacrifiant la nature pour sa propre satisfaction. Il œuvre à l’intersection de la photographie, de la performance et du ready made. Jouant avec les thèmes de la glorification et du sacrifice, les œuvres de Polukord résonnent avec l'environnement particulier de la chapelle Saint-Jean. 

Andrej Polukord (né à Vilnius en 1990) œuvre à l’intersection de l’installation, de la performance, de la photographie et de la vidéo. Diplômé de l’académie des Beaux-Arts de Vienne en 2015, il est corécipiendaire du prix de la Kunsthalle de Vienne en 2016, puis invité en 2017 à participer au programme culturel Rupert. Élaborant des environnements imprévisibles et des situations absurdes, créant doubles-sens et ambiguïtés, il explore avec humour et sens de l’aventure des thèmes tels que l’écologie et l’activité de l’humain dans la nature. S’appuyant également sur les cultures vernaculaires et les récits mythologiques, son processus créatif mêle critique des institutions et mise-en-scène de soi. Andrej Polukord vit et travaille à Vilnius et Vienne.

www.instagram.com/andrejpolukord/

Andrej Polukord, série Wood Statues, 2020 - en cours.

Léa Habourdin

Les œuvres du photographe lituanien dialoguent avec celles de l'artiste française Léa Habourdin qui entretient depuis longtemps un rapport particulier avec la Lituanie où elle s'est rendue à plusieurs reprises. Le travail présenté est le résultat d'une résidence à Nida, réalisée au printemps 2024. Inspiré par les recherches des frères Desbiey sur la fixation des dunes (vers 1760-1774), il prend la forme de photographies réalisées dans les dunes de l'isthme de Courlande et les forêts attenantes et tirées à l'aide de pigments naturels d'immortelles (plantes caractéristiques des paysages de dunes). Leur caractère fragile reflète la situation de notre nature, amenée à disparaître sous nos yeux. 

Née en 1985 dans le nord de la France, Léa Habourdin a d’abord étudié l’estampe à l’école Estienne puis la photographie à l’ENSP d’Arles. Attentive à la diversité des formes de vie, sa pratique veut dessiner d’autres manières d’entrer en résonance avec le vivant. Elle observe le rapport que nous entretenons aux autres animaux, aux paysages et convoque les notions de survie, de fracture, de reconstruction pour composer un récit autour de ce que nous appelons « le sauvage ». Explorant des champs tels que l’éthologie, la recherche en science appliquée ou encore la botanique, elle déploie un travail en dessin et photographie où la place du livre et l’objet imprimé est cruciale.

www.instagram.com/leahabourdin/

Léa Habourdin, série Ce que le vent nous fait, 2023.


La Saison de la Lituanie en France 2024 : se voir en l’autre / Kitas tas pats
du 12 septembre au 12 décembre 2024 

Décidée par les Présidents Emmanuel Macron et Gitanas Nausėda, la Saison de la Lituanie en France se déroulera du 12 septembre au 12 décembre 2024. Point de départ d’un renouveau des échanges culturels franco-lituaniens, la Saison de la Lituanie en France présentera au public français la Lituanie contemporaine et sa culture à travers les formes les plus diverses : performances, expositions, spectacles, projections, débats, conférences, gastronomie... Elle a aussi pour objectif d’initier des coopérations de long terme entre les institutions et créateurs lituaniens et leurs partenaires français.

À travers trois grandes thématiques - Voisinage global, Diversité et identités, Imagination débridée - la programmation de la Saison couvrira un large éventail de phénomènes culturels contemporains, de media et de thèmes d'actualité, en suscitant des explorations créatives et une réflexion sur le passé, le présent et les futurs possibles et en abordant les valeurs essentielles de l’Europe : la dignité humaine, la liberté, la démocratie, l’égalité, les droits humains, la créativité et la résilience face au changement climatique.
Portée par l’idée que « l’autre est toujours différent mais jamais complètement autre » comme l’a écrit le philosophe lituanien philosophe Viktoras Bachmetjevas, la Saison de la Lituanie en France a pour ambition de réunir nos deux pays pour mieux se comprendre et d’offrir une programmation collaborative et inclusive qui encourage chacun d'entre nous à se voir en l'autre. 

Commissaire Générale : Madame Virginija Vitkienė (Lituanie), docteur en histoire de l'art et critique d'art, commissaire d'expositions d'art contemporain (2004-2022), directrice artistique de la Biennale de Kaunas (2009-2017), directrice générale de Kaunas 2022 - Capitale européenne de la culture (2018-2023).

La Saison de la Lituanie en France 2024 est mise en œuvre par :